Les-TSA-Titre.png

Le mot "trouble" fait ici référence à une difficulté qui s’installe de manière durable et qui ne pourra pas se résorber spontanément. 

Le diagnostic de trouble est posé par des professionnels. On parle de trouble, ou parfois abruptement de "handicap cognitif" lorsque le retard excède 18 mois par rapport à l’âge de développement de l’enfant, et ce malgré les actions entreprises (aides scolaires, rééducations, aide aux devoirs, etc.)

             

Voir aussi les "DYS en questions" 

?
 

?

Troubles du langage écrit

= Difficultés à lire

Troubles de l'écriture

= Difficultés à écrire

Troubles de l'orthographe

= Difficultés à orthographier

Troubles du langage oral

= Difficultés à comprendre et/ou à parler

Troubles du geste

= Difficultés à dessiner, lacer ses chaussures

Troubles du calcul

= Difficultés à compter

bonhomme-troubles-dys-2.png

Troubles et déficits de l'attention

(avec ou sans Hyperactivité)

= Difficultés à se concentrer

Troubles de proprioception

= de perception des informations sensorielles (perception dans l'espace)

DYSORTHOGRAPHIE
TDA/H

Quelques Chiffres

En règle générale,

un enfant par classe est touché par un TSA en France, 

soit entre 6 et 8 % de la population, peu importe le milieu socio-professionnel de la famille. 

LES ORIGINES?

A ce jour encore méconnues. 

On sait qu'il existe un facteur génétique: les enfants ou les frères et soeurs de personnes présentant un trouble "DYS" ou TDA(H) ont plus de risques de présenter eux aussi un TSA.

DES TROUBLEs SPECIFIQUES A CHACUN !

Deux enfants présentant

le même trouble ne vont pas nécessairement avoir les mêmes difficultés, ni avoir la même évolution.

Les solutions ne seront pas non plus identiques. 

LA GRANDE RèGLE !

 

 

L'enfant n'est pas 

responsable de son trouble. 

DYS 
EN QUESTIONS 
 
 
handicap-cognitif.png

Il s’agit de l’appellation spécifique telle que donnée par la MDPH (Maison Départementale des Personnes Handicapées). Le terme cognitif regroupe toutes les fonctions mentales et cérébrales qui nous permettent de réfléchir.

 

Pour schématiser, on parle de :

  •  Fonctions mnésiques (mémoire de travail, à court terme, à long terme, des visages, des noms, etc.)

  • Fonctions exécutives (attention, concentration, flexibilité mentale, etc.)

  • Fonctions instrumentales: gnosies (donner du sens aux perceptions sensorielles), praxies (donner du sens aux gestes) et langage

  • Fonctions visuo-spatiales

Toutes ces fonctions sont intrinsèquement liées et sont sollicitées toute la journée de manière automatique et inconsciente. Lorsque l’une ou plusieurs d’entre elles dysfonctionnent, cela crée une gêne importante et génère beaucoup de fatigue avec un retentissement sur la vie quotidienne et sur les apprentissages scolaires. C’est pourquoi, on parle de « handicap cognitif ».